TRÆLS & C’EST À LA DONC

TRÆLS & C’EST À LA DONC

Texte français en bas de page.

Dialekter og udtryk, der burde bruges af alle.

Jeg har før skrevet om det sjove ved at tale to sprog, og i dag skal det handle om dialekter, og udtryk, der er for gode til at blive i dialekten. Jeg er jo indfødt københavner, men fanger ofte mig selv i at tale ravjysk pga. miljøpåvirkningen. Jeg synes altid, at det er lidt pinligt, når det sker – Ikke fordi det er “forkert” at tale jysk, men fordi jeg er bange for, at min samtalepartner tror, at jeg gør grin med den jyske dialekt. Jeg forsøger derfor for det meste at tale så neutralt som muligt, men jeg insisterer på at bruge ordet træls. Det er et alt for godt ord, eller rettere en alt for god betydning, for jeg kan ikke komme på et almendansk pseudonym. Det gode ved det er også, at selvom det kun bruges i visse dele af Danmark, er alle klar over betydningen – Også i København.

Det forholder sig helt anderledes med et – mindst – ligeså godt udtryk i den franske dialekt Picard: Udtrykket C’est à la donc que [Ché à la don’]… henviser til en form for fatalitet, som man måske kunne oversætte med typisk! Man ville fx sige C’est à la donc que j’ai mis mes espadrilles, qu’il pleut ! (Typisk at det regner, den dag hvor jeg har espadrillaer på). Man lyder bare lidt forkælet og selvcentreret, når man bruger typisk, hvilket ikke er tilfældet med C’est à la donc. 

Det er så fantastisk med dialekter, og i de to ovenstående tilfælde siger de også lidt om sindstilstanden hos de folk der bruger dem: Jylland er det sted, hvor man er mest kendt for at sige træls, og det er også der hvor man normalt nedtoner begivenheder, så tingene er mindre katastrofale, rædsomme, ubehagelige, slemme osv. De er bare TRÆLS! I Picardie har man en tendens til at se sammenhæng mellem begivenheder, hvilket man mangler det sproglige værktøj – c’est à la donc – til at gøre i resten af landet.

Har du et yndlingsudtryk (der ikke kan oversættes)?

Texte français sous l’image. 

Anna Aulin-Christoffersen
Det er i øvrigt forår udenfor. Træls at sidde indenfor!
Au fait – Dehors, c’est le printemps. Ché à la don’ qu’il fait bieau, que j’reste à l’aintérieur…

Les expressions régionales qui devraient être utilisables partout.

J’ai déjà mentionné le côté amusant qu’il y a parfois à parler plusieurs langues. Aujourd’hui je veux vous parler de l’utilité des expressions régionales. Comme vous le savez déjà, nous vivons dans un coin de campagne de Jutland, mais je suis moi-même originaire de Copenhague. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le Danemark n’est pas trop petit pour posséder des dialectes locaux, qui sont plus que des accents, puisque certains mots ou expressions existent dans certaines parties du pays et non dans d’autres. J’hésite toujours à utiliser un dialecte qui n’est pas le mien, car j’ai toujours peur d’avoir l’air de me moquer. Ainsi, en France, j’ai parfois des intonations méridionales, parfois parisiennes, mais j’hésite à utiliser les expressions picardes du Colibri, parce que je n’ai jamais vécu dans le Nord de la France.

Ici, le problème est plus subtil: Bien que vivant sur la presqu’île jutlandaise, j’hésite à employer les termes et intonations jutes à cause de la rivalité constante entre la capitale et la province. Je ne voudrais pas avoir l’ai de regarder mes voisins et amis de haut, en “condescendant” à leur parler dans leur patois ! D’un autre côté cela se produit souvent malgré moi, et dans ces cas-là, j’ai vraiment l’impression qu’on me regarde de travers….

Il y a un mot jute, que j’insiste pour utiliser quand même: C’est le mot træls, qui est un mot tellement utile, que je voudrais qu’il passe dans le langage courant. Il est d’ailleurs tellement connu, qu’il est compréhensible même à Copenhague, mais il n’est utilisé que par les jutes. Sa signification est proche du mot français ch**nt, mais ce n’est pas un mot familier ou malpoli. Cependant il est plus fort et plus maniable que le mot embêtant. Vous reconnaitrez qu’il est utile de pouvoir exprimer fortement son mécontentement, sans être malpoli ! Alors voilà, la prochaine fois, vous direz “C’est træls” ! (prononcer [trals]).

Une autre expression utile, picarde celle-là, est Ché à la don’ (Je l’ai peut-être mal écrit, si vous êtes expert en langue picarde écrite, je serais ravi que vous m’éclairiez, le Colibri n’a pas pu m’aider). En français courant, on dirait c’est à la donc, et c’est une manière d’exprimer une certaine fatalité (C’est à la donc que j’ai mis mes espadrilles qu’il pleut). La vie est pleine de ce genre de fatalités, et c’est un réel soulagement pour moi d’avoir une expression consacrée pour exprimer ce sentiment.

Et vous? avez-vous des expressions (intraduisibles) favorites?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *