Madpakken ophøjet til kunst – De l’art du pique-nique

Kunstnernes madpakketips

Hvordan kan man pakke mad til tre dages rejse?

Mine kære forældre, kunstnerparret Annette Hoff-Jessen og Uffe Christoffersen, har to hjem. Deres permanente bolig er i Sydfrankrig, men de har også et hus her på Kaiserborgen, hvor de opholder sig, når de besøger Danmark. Mellem de to hjem, er der over 1.800 km. De kører for det meste turen over tre dage, med overnatninger på hotel – Og madpakker.

De går højt op i sundhed, og pakker derfor lækre og nærende salater, hjemmelavede frikadeller, hårdkogte æg og frugt til turen. Salaterne består af grøntsager, der ikke så let forgår. Salatbladene er erstattet af snittet spidskål, blomkål, æblebåde mm. De Pakker salaten i individuelle bøtter, lyserød til min mor, grønne til min far, sådan at der ikke kommer unødig ilt til den salat, der skal gemmes. Når de har spist en bøtte hver, bytter de låg, så de “brugte” salater skiller sig ud fra de “nye”.

Min personlige madpakkefavorit til bilrejser: Verdens nemmeste kartoffelsalat.

Jeg elsker kartoffelsalat på lange bilture. Det skal dog ikke være varianten med crème fraîche og mayonnaise, da det ikke kan tåle den mindste varme. Min kartoffelsalat består af kogte kartofler i skiver vendt i pesto. Hvis jeg må få et kyllingelår til, er jeg i himlen!

kaiserborgen.com

Frisk energi til turen – frugt er vigtigt.
De l’énergie pour le voyage – Les fruits, c’est important.
Energy for the trip: fruit is important.


Français:

Pique-niquer trois jours de suite ? pas de problème !

Au Danemark, le casse-croûte est un art.

Les français ont leurs pause du midi, où, traditionnellement, deux alternatives s’opposent: Rentrer chez soi ou manger ailleurs? Chez soi, au restaurant ou dans une cantine, le repas du midi s’imagine chaud, complet, de préférence entrée-plat-dessert. Les sandwich constituent une réalité bien établie pour les gens qui travaillent, mais le repas dit “complet” est la norme, l’idéal.

Le frokost danois est constitué traditionnellement de tartines. Si le repas chaud, vestige de l’ère pré-industrielle est longtemps resté un idéal, la tartine de pain de seigle est le déjeuner du travailleur. L’exemple type est la simple tranche de pain noir recouvert de pâté avec deux rondelles de concombre de l’écolier: Rares sont les écoles qui disposent d’une cantine pour tous. Dans les lycées et universités par contre, il y a toujours une caféteria proposant des repas chauds aux étudiants qui ne vivent plus chez leurs parents, et qui n’ont peut-être pas la possibilité de cuisiner chez eux le soir. Pour eux, le rapport chaud/froid des déjeuners et dîners est donc inversé. On connaît aussi la version de luxe: Smørrebrød, où la tartine de pain de seigle est richement décorée de charcuteries, légumes frais et confits, sauces et salades diverses et fines herbes. Le tout constitue une petite oeuvre d’art de présentation, et se consomme avec des couverts au restaurant ou dans les déjeuners d’affaire.

Comment manger en voyage ?

Étant une famille multiculturelle, les longs voyages se multiplient, et le problème des repas se fait pressant. Quand on voyage souvent sur autoroute, on se lasse des sandwich triangles vendus dans les stations service. “Toutes les deux heures, la pause s’impose”, mais on perd patience, quand il faut faire la queue une demi-heure pour acheter une énième saucisse-frites dans une cafétéria d’aire de repos.

Mes parents, artistes peintre tous les deux (Annette Hoff-Jessen & Uffe Christoffersen), vivent dans le midi de la France, mais ont aussi une maison ici à Kaiserborgen. Ils font donc le trajet France-Danemark plusieurs fois par an, 1.800 km de distance réparties sur trois jours.

Pour garder l’énergie tout au long du trajet et éviter les files d’attente et le repas peu nutritifs, ils préparent d’avance une glacière remplie de cuisine maison. Ils emportent de petites salades individuelles, une pour chaque repas, dans des récipients colorés: Rose pour elle, vert pour lui. Quand une salade est consommée, ils inversent les couvercles pour les distinguer des boîtes non entamées, qui restent intactes pour les repas suivants. Pendants leurs pauses-repas, ils mangent des légumes qui résistent au transport: Les laitues et tomates ont été remplacées par du chou coupé finement, chou-fleur, quartiers de pommes etc. À côté des salades ils préparent aussi des boulettes de viande, des oeufs durs et des fruits.

Mon pique-nique préféré en voyage:

Personnellement, quand la fatigue de la route se fait sentir, j’adore manger une salade de pommes de terre froide au pesto. C’est une préparation si simple, que ce n’est même pas une recette: Pommes de terre froides en tranches délicatement retournées dans une sauce pesto (éventuellement achetée toute faite). Si vous ajoutez une cuisse de poulet, je suis au septième ciel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *